[Partie 4/4]

« Komball ça a été un succès énorme ! Mon gosse Léonard jouait au Servette de Genève, et en le regardant jongler j’ai réalisé que y’avait un pendant freestyle dans tous les sports sauf le foot. Je me suis dit : putain, y’a surement un truc à faire ! J’ai chopé deux rastas d’une pub Nike, mon fils, un YO freestyler et en 2006 j’ai sorti un DVD. C’est parti chez Sony et en 3 jours c’est devenu numéro 1 des ventes. D’ailleurs, Sport Dimanche a fait un sujet Foot freestyle y’a quelques mois et ils sont venus m’interviewer.

Puis un escroc s’est incrusté petit à petit et j’ai tout perdu. Les comptes étaient vides, plus rien nulle part. T’essaies de reprendre la direction de ta boite mais tu commences à flipper. Tu t’aperçois que le mec c’est pas de la rigolade du tout, que t’es dans un truc qui est pas fait pour un p’tit musico comme toi (rires) !  En 2009 je suis allé me planquer à Yverdon chez mon amie qui m’a sauvé, et j’ai passé presque toutes mes journées à jouer à Mario Kart. J’avais des dettes, j’avais plus de fric, j’avais plus rien.

Puis j’ai recommencé à composer, à reprendre un peu confiance, mais ça s’est pas vraiment amélioré. Début 2020 je suis revenu à Genève, et une copine m’a passé un savon grave. Je suis rentré, j’ai ouvert l’ordinateur et j’ai écrit « Remontada » (rires) ! Puis y’a eu la Covid et je me suis jeté dans la création. J’ai fait un opéra, un théâtre musical, un album néo-grégorien, une BD et une web série. Disons que c’était ça ou mourir. Artiste c’est du travail mais c’est pas un métier. Tu voyages en jet privé invité par machin, tout le monde te porte tes valises, et quelques mois après t’es dans la merde.

Durant toutes ces années j’ai fait plein de trucs qui ont l’air tellement disparates. Toutes les pièces semblent éparpillées. Avec ces nouvelles créations j’assemble le puzzle. Mon fils me dit : « Papa, arrête d’être tendu comme ça ! » Lui pense que c’est un besoin de reconnaissance. Y’en a un peu, mais c’est pas ma motivation. J’ai envie de finir ce puzzle, donc je suis très concentré. Je pensais pas me relever, mais là je suis en train de m’en sortir. La musique tu ne la choisis pas, mais elle te tombe pas dessus par hasard. »

 

 

*Cliquez sur les flêches bleues de la photo principale pour voir les autres photos.

Publié le: 14 avril 2021
[Partie 4/4]

« Komball ça a été un succès énorme ! Mon gosse Léonard jouait au Servette de Genève, et en le regardant jongler j’ai réalisé que y’avait un pendant freestyle dans tous les sports sauf le foot. Je me suis dit : putain, y’a surement un truc à faire ! J’ai chopé deux rastas d’une pub Nike, mon fils, un YO freestyler et en 2006 j’ai sorti un DVD. C’est parti chez Sony et en 3 jours c’est devenu numéro 1 des ventes. D’ailleurs, Sport Dimanche a fait un sujet Foot freestyle y’a quelques mois et ils sont venus m’interviewer.

Puis un escroc s’est incrusté petit à petit et j’ai tout perdu. Les comptes étaient vides, plus rien nulle part. T’essaies de reprendre la direction de ta boite mais tu commences à flipper. Tu t’aperçois que le mec c’est pas de la rigolade du tout, que t’es dans un truc qui est pas fait pour un p’tit musico comme toi (rires) !  En 2009 je suis allé me planquer à Yverdon chez mon amie qui m’a sauvé, et j’ai passé presque toutes mes journées à jouer à Mario Kart. J’avais des dettes, j’avais plus de fric, j’avais plus rien.

Puis j’ai recommencé à composer, à reprendre un peu confiance, mais ça s’est pas vraiment amélioré. Début 2020 je suis revenu à Genève, et une copine m’a passé un savon grave. Je suis rentré, j’ai ouvert l’ordinateur et j’ai écrit « Remontada » (rires) ! Puis y’a eu la Covid et je me suis jeté dans la création. J’ai fait un opéra, un théâtre musical, un album néo-grégorien, une BD et une web série. Disons que c’était ça ou mourir. Artiste c’est du travail mais c’est pas un métier. Tu voyages en jet privé invité par machin, tout le monde te porte tes valises, et quelques mois après t’es dans la merde.

Durant toutes ces années j’ai fait plein de trucs qui ont l’air tellement disparates. Toutes les pièces semblent éparpillées. Avec ces nouvelles créations j’assemble le puzzle. Mon fils me dit : « Papa, arrête d’être tendu comme ça ! » Lui pense que c’est un besoin de reconnaissance. Y’en a un peu, mais c’est pas ma motivation. J’ai envie de finir ce puzzle, donc je suis très concentré. Je pensais pas me relever, mais là je suis en train de m’en sortir. La musique tu ne la choisis pas, mais elle te tombe pas dessus par hasard. »

 

 

*Cliquez sur les flêches bleues de la photo principale pour voir les autres photos.

Publié le: 14 avril 2021