[Partie 1/2]

« Il était pas du tout mon style de mec. Parce que moi j’aime bien les personnes qui sont un peu enveloppées, quand c’est une plus grande surface à caresses quoi ! Et mon mari, lui, c’était plutôt du style 1m80 pour 60 kg. Et j’aime bien les poils, et lui avait 3 poils sur la poitrine que je devais lui arracher quand on partait en vacances (rires) !

On était très amoureux. Je lui racontais tout, il me racontait tout. On a toujours beaucoup, beaucoup parlé. On faisait que ça en fait. Toute notre vie, les 23 ans qu’on a passés ensemble, on a parlé tout le temps ! Il m’a demandé plusieurs fois de l’épouser et j’ai toujours refusé. Et après 10 ans de vie commune, j’ai dit oui. Il était tellement habitué à ce que je dise non, qu’il s’est pas rendu compte que j’avais dit oui. Trois jours après, on parlait d’une amie qui se mariait et il me dit : « De toute façon si nous un jour on se marie… » et puis il me regarde et il dit : « T’as pas dit non avant-hier ! Donc t’es d’accord ?? » Il était fou de joie, mais il lui aura fallu 3 jours ! Je lui ai dit qu’il était un peu tartuffe quand même…

Lui était à l’AI [Assurance-Invalidité] depuis ses 23 ans. Il a d’abord eu un cancer à 20 ans, le lymphome de Hodgkin. Ils ont réussi à le sauver. Puis ils ont découvert qu’il avait un problème avec les os des mains. Il suffisait qu’il s’appuie sur un mur et l’os cassait. Des fois il perdait connaissance de douleur. La première année que j’ai passée avec lui, sur 12 mois il a eu 13 opérations. Ils lui ont fait des dénervations, résections du semi-lunaire, etc. C’était de la folie. Après plusieurs années de différents essais, ils ont greffé une partie de la hanche et là ça a été nickel. Puis, en 2008, il a refait le même cancer, cette fois au stade 4. Mais ils ont réussi à le sauver de nouveau !

Il voulait pas que je subisse ses problèmes de santé. J’ai dit : « Toi t’as des problèmes de santé, mais moi aussi. » Moi ça se voyait pas encore à l’époque, j’avais pas encore les premières crises. On savait pas quand ça allait venir… »

(Parc Beaulieu)

Publié le: 10 mai 2021
[Partie 1/2]

« Il était pas du tout mon style de mec. Parce que moi j’aime bien les personnes qui sont un peu enveloppées, quand c’est une plus grande surface à caresses quoi ! Et mon mari, lui, c’était plutôt du style 1m80 pour 60 kg. Et j’aime bien les poils, et lui avait 3 poils sur la poitrine que je devais lui arracher quand on partait en vacances (rires) !

On était très amoureux. Je lui racontais tout, il me racontait tout. On a toujours beaucoup, beaucoup parlé. On faisait que ça en fait. Toute notre vie, les 23 ans qu’on a passés ensemble, on a parlé tout le temps ! Il m’a demandé plusieurs fois de l’épouser et j’ai toujours refusé. Et après 10 ans de vie commune, j’ai dit oui. Il était tellement habitué à ce que je dise non, qu’il s’est pas rendu compte que j’avais dit oui. Trois jours après, on parlait d’une amie qui se mariait et il me dit : « De toute façon si nous un jour on se marie… » et puis il me regarde et il dit : « T’as pas dit non avant-hier ! Donc t’es d’accord ?? » Il était fou de joie, mais il lui aura fallu 3 jours ! Je lui ai dit qu’il était un peu tartuffe quand même…

Lui était à l’AI [Assurance-Invalidité] depuis ses 23 ans. Il a d’abord eu un cancer à 20 ans, le lymphome de Hodgkin. Ils ont réussi à le sauver. Puis ils ont découvert qu’il avait un problème avec les os des mains. Il suffisait qu’il s’appuie sur un mur et l’os cassait. Des fois il perdait connaissance de douleur. La première année que j’ai passée avec lui, sur 12 mois il a eu 13 opérations. Ils lui ont fait des dénervations, résections du semi-lunaire, etc. C’était de la folie. Après plusieurs années de différents essais, ils ont greffé une partie de la hanche et là ça a été nickel. Puis, en 2008, il a refait le même cancer, cette fois au stade 4. Mais ils ont réussi à le sauver de nouveau !

Il voulait pas que je subisse ses problèmes de santé. J’ai dit : « Toi t’as des problèmes de santé, mais moi aussi. » Moi ça se voyait pas encore à l’époque, j’avais pas encore les premières crises. On savait pas quand ça allait venir… »

(Parc Beaulieu)

Publié le: 10 mai 2021