« Je fréquentais une personne depuis 10 ans, on allait boire l’apéro ensemble entre amis, beaucoup pour les affaires, et puis un jour je vais le voir et je lui dis : « Ça te dérangerait pas d’être mon témoin de mariage ? » Et il s’est mis à pleurer. Je lui demande pourquoi il pleure et il me répond : « Laisse-moi reprendre mes esprits, je vais t’expliquer… Ça me touche énormément ce que tu me demandes. Écoute… j’ai été élevé dans le racisme. J’ai été un monstre raciste pendant tant d’années. Et depuis que je t’ai rencontré, tu m’as ensoleillé ma vie. » Ça m’a fait un choc d’entendre ça. Puis il me regarde, toujours avec les yeux larmoyants, et il me dit  : « J’accepte avec grand plaisir. »

C’est une des choses qui m’a le plus touché. C’était une jolie preuve d’amour. Un homme de cet âge-là, ce que ça a dû lui coûter de me raconter ça ! Faut quand même un certain courage. Malheureusement pour lui il a été élevé dans le racisme. Quand il était petit, son chat s’appelait Adolf… C’est un monsieur qui a 70 ans aujourd’hui, c’était une autre époque. Une adolescence très violente passée à se bagarrer, et puis toujours contre des étrangers.

Il m’en avait jamais parlé, jamais. Pourtant ça s’était toujours bien passé, on avait des belles rigolades, j’avais rien ressenti. Mais c’est vraiment quelque chose qui lui trottait dans la tête. Et quand il me raconte ça ce jour-là, c’est comme si c’était une rédemption pour lui. Il m’a dit : « J’ai été trompé toute ma vie. Il faut que j’arrive à 60 ans pour que je me rende compte de ça. » Mais comme je lui ai dit, mieux vaut tard que jamais !

Et jusqu’à aujourd’hui on est toujours amis. Quand j’ai un souci je peux lui en parler, lui pareil. Mes enfants le connaissent, c’est papi gâteau quoi! C’est beau de voir qu’on puisse changer. De se dire : tiens, j’ai peut-être fait une erreur là, voyons ce qu’il en est. Et le pire, c’est que le jour du mariage, comme c’était le témoin il a parlé et il a raconté ça devant tout le monde, avec les larmes aux yeux. Ça a mis une émotion qui était extraordinaire. »

(Saint Jean)

Publié le: 10 janvier 2022

« Je fréquentais une personne depuis 10 ans, on allait boire l’apéro ensemble entre amis, beaucoup pour les affaires, et puis un jour je vais le voir et je lui dis : « Ça te dérangerait pas d’être mon témoin de mariage ? » Et il s’est mis à pleurer. Je lui demande pourquoi il pleure et il me répond : « Laisse-moi reprendre mes esprits, je vais t’expliquer… Ça me touche énormément ce que tu me demandes. Écoute… j’ai été élevé dans le racisme. J’ai été un monstre raciste pendant tant d’années. Et depuis que je t’ai rencontré, tu m’as ensoleillé ma vie. » Ça m’a fait un choc d’entendre ça. Puis il me regarde, toujours avec les yeux larmoyants, et il me dit  : « J’accepte avec grand plaisir. »

C’est une des choses qui m’a le plus touché. C’était une jolie preuve d’amour. Un homme de cet âge-là, ce que ça a dû lui coûter de me raconter ça ! Faut quand même un certain courage. Malheureusement pour lui il a été élevé dans le racisme. Quand il était petit, son chat s’appelait Adolf… C’est un monsieur qui a 70 ans aujourd’hui, c’était une autre époque. Une adolescence très violente passée à se bagarrer, et puis toujours contre des étrangers.

Il m’en avait jamais parlé, jamais. Pourtant ça s’était toujours bien passé, on avait des belles rigolades, j’avais rien ressenti. Mais c’est vraiment quelque chose qui lui trottait dans la tête. Et quand il me raconte ça ce jour-là, c’est comme si c’était une rédemption pour lui. Il m’a dit : « J’ai été trompé toute ma vie. Il faut que j’arrive à 60 ans pour que je me rende compte de ça. » Mais comme je lui ai dit, mieux vaut tard que jamais !

Et jusqu’à aujourd’hui on est toujours amis. Quand j’ai un souci je peux lui en parler, lui pareil. Mes enfants le connaissent, c’est papi gâteau quoi! C’est beau de voir qu’on puisse changer. De se dire : tiens, j’ai peut-être fait une erreur là, voyons ce qu’il en est. Et le pire, c’est que le jour du mariage, comme c’était le témoin il a parlé et il a raconté ça devant tout le monde, avec les larmes aux yeux. Ça a mis une émotion qui était extraordinaire. »

(Saint Jean)

Publié le: 10 janvier 2022